De/constructing motion events

Pont_NAMED.PNGNAMED 2020:

De/constructing motion events

 

 EN RAISON DE LA PANDEMIE DE COVID-19, LE COLLOQUE QUI DEVAIT AVOIR LIEU EN DECEMBRE 2020 EST REPORTE A DEBUT JUILLET 2021 (1 au 3 juillet).

 

Dates du colloque: 1er au 3 juillet 2021

Lieu: Paris, France

ENS rue d'Ulm, salle Dussane

 

Argumentaire scientifique et appel à communications

 

 L’expression des événements de déplacement est un phénomène à multiples facettes, qui se trouve au carrefour de la morphologie, de la sémantique lexicale, de la syntaxe, du discours et de la pragmatique. La recherche récente s’est interrogée sur sa nature composite, montrant comment l’expression du déplacement fait intervenir des paramètres spécifiques aux langues, qui interagissent avec celle-ci (Beavers, Levin et al. 2010). L’objectif de ce colloque est d’explorer ces facteurs plus avant, en mettant l’accent sur le rôle du verbe et la comparaison interlingue, tout en encourageant des approches diverses (Levin 1993, Aurnague 2011, Stosic 2019) à partager leurs analyses. Des sujets possibles sont :

-          En sémantique lexicale : qu’est-ce qu’un verbe/ un prédicat de déplacement ? Existe-t-il une complémentarité trajectoire/manière stricte qui se réaliserait dans deux classes lexicales distinctes de verbes (Levin & R. Hovav 2010, Levin 2011), ou bien est-il préférable d’adopter une conception plus fine de la manière en isolant certains traits ou paramètres (comme la force, la vitesse, etc.) qui peuvent transformer des verbes de « changement d’emplacement » (càd, de manière de déplacement) en verbes de « changement de relation locative élémentaire (càd, de déplacement dirigé) (Aurnague 2011, Stosic 2019, Sarda 2019)?  En conséquence, qu’est-ce que la manière ? Qu’est-ce qu’un verbe possible de manière de déplacement ? Existe-t-il des contraintes sur les types de paramètres de manière et leurs combinaisons ? Y a-t-il des types de verbes distincts selon les langues ?

 -          L’expression distribuée du déplacement: comment différents outils morphosyntaxiques, quels facteurs syntaxiques et pragmatiques sont mobilisés pour faire émerger une interprétation de déplacement ? Dans quelle mesure le potentiel morphologique d’une langue interagit-il avec le locus du composant sémantique de déplacement (cf. Sinha & Kuteva 1995)? Est-il possible de comparer des langues qui ont des possibilités morphologiques étendues ou limitées dans ce domaine ? Quel impact le caractère compact facilité par une morphologie riche peut-il avoir sur la représentation cognitive du déplacement ? Comment une telle approche interagit-elle avec la typologie de Talmy (1972, 1985, 2000) qui distingue les langues à cadrage satellitaire des langues à cadrage verbal ? Existe-t-il des langues qui ont recours à des stratégies discursives ou pragmatiques pour encoder des composants de déplacement au-delà du niveau morphosyntaxique ?

 -          La diachronie et le changement linguistique: comment les verbes de trajectoire et de manière émergent-ils? Existe-t-il des cas de verbes de trajectoire qui développent un composant de manière, au lieu de l’inverse ? Il serait intéressant d’examiner des langues qui sont passées d’un schéma à cadrage verbal à un schéma à cadrage verbal (ou vice-versa) .

  -          L’asymétrie but/source ou la préférence pour le but ((Ikegami 1987, Stefanowitsch & Rohde 200) est un phénomène qui est bien observé à la fois en linguistique et en cognition.  Dans un grand nombre de langues, on constate une préférence pour l’expression du but au détriment de la source (Verkerk 2017). Au-delà de cette tendance générale, des descriptions plus détaillées sont nécessaires pour clarifier (essentiellement dans les langues à cadrage verbal dans lesquelles la trajectoire est encodée par le verbe) les contraintes combinatoires entre la sémantique des verbes et des syntagmes prépositionnels, et comment cela se reflète dans les différents statuts que les syntagmes  prépositionnels locatifs peuvent recevoir (Aurnague 2015, Sarda 2019)?

 

Références:

Aurnague, Michel. 2015. Motion verbs and spatial PPs in French: from spatio-temporal structure to asymmetry and goal bias. Carnets de Grammaire, n°23, rapport CLLE-ERSS, 2015.

 Aurnague, Michel. 2011. How motion verbs are spatial. The spatial foundations of intransitive motion verbs in French. In Lingvisticæ Investigationes - Volume 34, Issue 1, 1-34. Amsterdam: John Benjamins Publishing Company.

Akita, Kimi. 2017. The typology of manner expressions: A preliminary look. In I. Ibarretxe-Antunano, ed., Motion and Space across Languages: Theory and Applications, 39-60. John Benjamins, Amsterdam.

Barðdal, Jóhanna. 2008. Productivity: Evidence from Case and Argument Structure in Icelandic. John Benjamins, Amsterdam.

Bourdin P., 1997. On goal bias across languages: modal, configurational and orientational parameters, in B. Palek (ed.), Proceedings of LP ‘96 : Typology, prototypes, item orderings and universals, conference of Prague, August 20-22, 1996, p. 185-218.

Beavers, John, Beth Levin, and Tham, Shiao Wei. 2010. The typology of motion expressions revisited. In Journal of Linguistics 46:2, 331-77.

Bybee, Joan. 2010. Language, Usage and Cognition. Oxford: Oxford University Press

Croft, William. 2001. Radical Construction Grammar. Syntactic theory in typological perspective. Oxford: Oxford University Press.

Croft, William, Jóhanna Barðdal, Willem Hollmann, Violeta Sotirova, & Chiaki Taoka. 2010. Revising Talmy’s typological classification of complex event constructions. In Hans C. Boas, ed., Contrastive construction grammar (Constructional Approaches to Language 10), 201-35. Amsterdam: John Benjamins.

Dirven, R. & Vespoor, M. (2004). Cognitive Exploration of Language and Linguistics. Second revised edition. Amsterdam, Philadelphia: Benjamins.

Filipović, Luna. 2013. Typology as a continuum: intratypological evidence from English and Serbo-Croatian. In J. Goschler & A. Stefanowitsch, eds., Variation and Change in the encoding of motion events, 17-38. Amsterdam: John Benjamins.

Goldberg, Adele E. and Jackendoff, Ray. 2004. The English resultative as a family of constructions. Language 80: 532-358.

Ibarretxe-Antunano, Iraide. 2009. Path salience in motion events. In J. Guo et al., eds., Crosslinguistic Approaches to the Psychology of Language: Research in the Tradition of Dan Isaac Slobin, 403-414. New York: Psychology Press.

Ikegami Y., 1987, ‘Source’ vs. ‘Goal’: a Case of linguistic dissymmetry, in R. Dirven & G. Radden (eds.), Concept of case, Tübingen, Gunter Narr Verlag, p. 122-146.

Lakusta L., Landau, B. (2005) Starting at the end: the importance of goals in spatial language, Cognition 96 (2005) 1–33.

Lakusta, L., Wagner, L., O'Hearn K. & Landau, B. (2007) Conceptual Foundations of Spatial Language: Evidence for a Goal Bias in Infants, Language Learning and Development, 3(3), 179–197.

Levin, Beth. 1993. English verb classes and alternations. Chicago, IL: University of Chicago Press.

Levin, Beth and Rappaport Hovav, Malka. 2005. Argument Realization. Cambridge: Cambridge University Press.

Nikitina, T. (2009). Subcategorization pattern and lexical meaning of motion verbs: a study of the source/goal ambiguity. Linguistics, 47, 1113–1141.

Papafragou, A. (2010). Source-Goal Asymmetries in Motion Event Representation: Implications for Language Production and Comprehension. Cognitive Science, 34, 1064–1092.

Perek, Florent. 2016. Using distributional semantics to study syntactic productivity in diachrony: a case study. Linguistics 54: 149-188.

Rappaport Hovav, Malka and Levin, Beth. 1998. Building verb meanings. In M. Butt and W. Geuder, eds, The Projection of Arguments: Lexical and Compositional Factors, 97-133. CSLI Publications, Stanford CA.

Rappaport Hovav, Malka and Levin, Beth. 2001. An event structure account of English resultatives. Language 77: 766-797.

Rappaport Hovav, Malka and Levin, Beth. 2010. Reflections on Manner/Result Complementarity. In  M. Rappaport Hovav, E. Doron and I. Sichel, eds, Lexical Semantics, Syntax, and Event Structure, 20-38.

Regier T. & Zheng M., 2007, Attention to endpoints: A cross-linguistic constraint on spatial meaning, Cognitive Science 31, p. 705-719.

Sarda, Laure. 2019. French motion verbs. Insights into the status of locative PPs. In M. Aurnague & D. Stosic, eds, The Semantics of Dynamic Space in French. Descriptive, experimental and formal studies on motion expression, 67- 107. Amsterdam: John Benjamins Publishing Company.

Sinha, C., & Kuteva, T. (1995). Distributed Spatial Semantics. Nordic Journal of Linguistics, 18(2), 167-199. doi:10.1017/S0332586500000159

Slobin, Dan I. 2004. The many ways to search for a frog: Linguistic typology and the expression of motion events. In S. Strömqvist and L. Verhoeven, eds, Relating Events in Narrative 2: Typological and Contextual Perspectives, 219–57. Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum Associates.

Stosic, Dejan. 2019. Manner as a cluster concept. What does lexical coding of manner of motion tell us about manner? In M. Aurnague & D. Stosic, eds, The Semantics of Dynamic Space in French. Descriptive, experimental and formal studies on motion expression, 140-177. Amsterdam: John Benjamins Publishing Company.

Talmy, Leonard. 2000. Toward a Cognitive Semantics Volume 1&2. Cambridge: MIT Press.

Verkerk, Anna-Marie. The goal-over-source principle in European languages. Preliminary results from a parallel corpus study. In S. Luraghi, T. Nikitina and C. Zanchi, eds, Space in Diachrony, 1-40. Amsterdam: John Benjamins Publishing Company.

 

Partenaires

Université Sorbonne Nouvelle (Eric Corre, Charlotte Danino, Leslie Tahan,), LATTICE (Laure Sarda, Benjamin Fagard), INALCO (Huy Linh-Dao), Université Framche Comté-Besançon (Thành Do-Hurinville).

 

Conférencier.e.s plénier.e.s

Beth Levin (Univ. Stanford), Johanna Barðdal (Univ. Gent), Dejan Stosic (Univ Toulouse), Michel Aurnague (Univ Toulouse).

 

Appel à communication:

 Nous accueillons des propositions de communication sur n’importe lequel des thèmes en lien avec l’expression du déplacement décrits ci-dessus.

-          Sessions de posters

 Une session durant laquelle les participants auront trois minutes pour présenter leur poster sera incluse dans le déroulement du colloque.

 -          Soumission des résumés

Les résumés devront être anonymes et soumis via la plate-forme sciencesconf.org avant le 4 décembre 2020.

Ils devront correspondre aux thématiques du colloque, faire entre 350 et 500 mots (sans compter les références), en anglais de préférence, et spécifier la méthodologie et les résultats de l’étude.

 

 

 

   

Partenaires

 

 

 

 

 

 

 

Personnes connectées : 1